40 ans de KEMPER

1977 - Gerd Kemper fonde KEMPER GmbH

Le danger pour les yeux de subir un « coup d'arc » pendant le soudage est bien connu. Les fumées de soudage, cependant, ne sont pas considérées comme nocives pour la santé à cette époque. Personne ne pense encore à des limites légales, pas plus qu’à une technique d’extraction efficace. En Suède, Gerd Kemper, qui souhaite fonder après sa formation commerciale une entreprise avec une expertise technique, découvre les premières unités d’aspiration. On connaît les dangers qui se cachent derrière les fumées de soudage, même si les connaissances de l’époque étaient rudimentaires par rapport à aujourd'hui. Gerd Kemper emmène son savoir-faire en Allemagne. Il construit dans son propre garage le premier système d’aspiration dans un pays germanophone : un dispositif de filtration qui capture et aspire les fumées de soudage directement au point d’origine. Encore aujourd'hui, ce principe de l’aspiration des fumées continue d’être recommandé par les organisations professionnelles. Le 17 mars 1977, Gerd Kemper fonde KEMPER GmbH. Actuellement, l’entreprise est considérée comme pionnière dans l’aspiration de fumées de soudage.

1983 - Premier bâtiment de production à Vreden

Grâce au succès des produits propres, KEMPER connaît une une hausse dans son carnet de commandes et dans le nombre d’employés - en 1979, l’entreprise emploie déjà dix salariés. Les capacités deviennent trop petites dans son ancien site. Six ans après sa fondation, KEMPER connaît pour la première fois une expansion à grande échelle. Le fabricant investit dans un nouvel emplacement. Il construit le premier bâtiment de production propre de plus de 3 600 mètres carrés. Cela amène plus d’espace pour une gamme de produits élargie. Outre l’aspiration de fumées de soudage, KEMPER incorpore également dans sa gamme de produits des solutions d’aspiration pour des applications de découpe en proposant des tables d'oxycoupage.

1988 - KEMPER se lance sur la scène internationale

Elle a réussi sa percée dans le marché domestique allemand. La réputation de qualité et l’utilité du système d’aspiration de KEMPER dépassent désormais les frontières du pays. Sa bonne réputation est principalement établie chez les équipementiers du secteur automobile. Ceux-ci amènent la société de plus en plus à l’étranger.

Cela ouvre à KEMPER de nouvelles opportunités. La société profite ces opportunités et acquiert de nouveaux marchés. Environ dix ans après sa fondation, KEMPER ouvre ses premières filiales en France et aux États-Unis. C’est la première d’une série de nouvelles filiales qu’elle va créer, entre autres, aux Pays-Bas en 1990. L’internationalisation expérimente un nouvel élan.

1989 - Les appareils de nouvelle génération pour des environnements de travail différents

La tendance du secteur évolue vers une direction claire : Selon le domaine d’application, les soudeurs exigent au travail différentes solutions d’aspiration : des solutions mobiles pour des postes de travail changeants, et de solutions stationnaires pour des postes de travail permanents. KEMPER offre déjà des solutions pour cela dans son portefeuille. En 1989, la société présente une toute nouvelle génération d’appareils autour du soudage et de l’oxycoupage dans un salon spécialisé. Les nouveaux appareils de filtrage de fumées de soudage et électrofiltres gagnent une grande popularité. Ils sont mobiles ou stationnaires selon le cas d’utilisation individuel. KEMPER élargit ainsi son portefeuille avec des solutions d’aspiration pour différentes applications spécifiques.

1992 - Poursuite de l’expansion, premier système d’aspiration central, nouvelle technologie de filtrage et internationalisation

Au début des années 1990, KEMPER atteint les trois chiffres en nombre d’employés. Le fabricant emploie en 1991 plus de 100 personnes. La société devient un employeur important dans et autour de la ville de Vreden. Le fabricant vit une croissance continue. En 1992, un bâtiment administratif moderne, devenu aujourd’hui le siège de l’entreprise, est bâti à la Von-Siemens-Straße, de Vreden. La même année, tout l’effectif de travailleurs déménage dans les nouveaux locaux.

Dans le même temps, KEMPER poursuit sa progression technique. En plus d’appareils d’aspiration mobiles et portables, la société développe tout d’abord une installation d’aspiration centrale compacte - le système 8000. Équipée d’une commande propre, l’installation est, jusqu'à aujourd'hui, la base d’autres développements dans le domaine des systèmes d’aspiration centraux. Le système 8000 est approprié pour la séparation des substances nocives dans différents processus comme la soudure ou le découpage. Grâce au principe de construction modulaire, le système peut être adapté aux besoins individuels des ateliers de soudage.

En termes de technologie de filtrage, KEMPER réalise cette année un travail d’avant-garde. Le fabricant fait un énorme bond technique dans la technique de séparation des particules de fumée de soudage de l’air. KEMPER est le premier fournisseur à utiliser des filtres à membrane spéciaux. Ceux-ci sont microporeux et séparent de l’air même des nano-particules d’une taille de 100 nanomètres. Ces propriétés de filtrage ont été améliorées dans les filtres à membrane ePTFE KemTex®.

L’internationalisation poursuit sa progression parallèlement. La nouvelle filiale en République tchèque est la quatrième société étrangère dans le groupe KEMPER. Cette filiale aura quelques années plus tard une importance spéciale.


1993 - Première unité de filtrage mobile avec filtre nettoyable

Jusqu’ici, le marché des appareils de filtrage mobiles pour les soudeurs est livré uniquement avec des filtres jetables ce qui entraîne des coûts élevés de filtres de remplacement lors d’une utilisation permanente.

KEMPER cherche une solution à ce problème. Avec le « System 9000 mobil », le fabricant développe le premier appareil d’aspiration mobile avec des cartouches de filtrage nettoyables. Ce nouveau développement est jusqu’aujourd'hui la base d’une technique de filtrage efficace et rentable.

1996 - La hotte d’aspiration en forme de bride arrive

Elle fait actuellement partie de l’équipement de base des bras d’aspiration dans le monde entier : la hotte en forme de bride de KEMPER. En 1995, les premiers plans sont réalisés, et, un an après, le produit est lancé sur le marché.

L’objectif : rendre aussi confortable que possible au soudeur la manipulation de l’aspiration de fumées au cours de l’opération de soudage. KEMPER établit de nouveaux standards, non seulement au niveau de la conception. Grâce à la nature et à la forme de la nouvelle hotte aspirante, celle-ci capture 40 % de fumées de plus que les hottes aspirantes classiques. Grâce à la possibilité de faire pivoter le dispositif sur 360 degrés, cette hotte apporte aux soudeurs une très grande flexibilité. Presque en parallèle, KEMPER développe aussi un tout nouveau bras d’aspiration. Celui-ci peut être facilement ajusté avec une main et se maintient en permanence autoportant dans la position prescrite. Jusqu'à présent, les bras étaient fixés sur des articulations extérieures et étaient très difficiles à déplacer.

La hotte aspirante a été vendue environ 130 000 fois.

2000 - Le premier centre de production international entre en service

KEMPER développe ses propres capacités de production et construit un site de production international en République tchèque. Un hall de production moderne est créé.

Avec cette expansion, KEMPER répond aux questions pressantes de la mondialisation. C’est surtout la bonne disponibilité d’employés qualifiés dans le cadre d’une production rentable qui a convaincu la société de prendre cette décision d’investir en République tchèque.

2002 - KEMPER fête ses 25 ans d'existence

KEMPER célèbre son anniversaire. Après 25 ans, la société emploie environ 150 personnes et a évolué jusqu’à devenir le leader du marché et le spécialiste n° 1 en matière de dépollution systématique de l’air sur le lieu de travail.

2008 - Expansion en République tchèque

KEMPER poursuit avec sa production internationale en République tchèque. En raison de la situation déjà très positive du carnet de commandes, l’entreprise investit dans l’expansion de la production locale. Un hall de production de 10 000 mètres carrés est bâti. Ainsi, la filiale tchèque devient le site le plus important à côté du siège à Vreden.

Dans le même temps, le krach financier aux États-Unis oblige la société à recourir au travail à temps partiel. Le chiffre d’affaire chute soudainement d’une année à l’autre de plus de 40 %. Le fondateur, Gerd Kemper, décrit rétrospectivement cette phase comme « la plus difficile qu’il ait subi en tant qu’entrepreneur dans un environnement familial fort ». La direction et les employés poursuivent un but commun. La société sort renforcée de la crise.


2011 - Entrée dans le marché de la ventilation de locaux

Sur le marché de l’aspiration de fumées de soudage, les systèmes de ventilation de locaux n’évoluent presque pas. Pour capturer efficacement les fumées de soudage, on a besoin d’une aspiration à la source, telle est la recommandation des associations professionnelles. Mais la demande est croissante.

KEMPER entre dans le marché des systèmes de ventilation de locaux avec KemJet. La compagnie recommande ce système comme un complément à l’aspiration à la source et dans le cas où l’aspiration à la source n'est pas réalisable. Ce système, entraîné initialement par la demande croissante du marché, devient de plus en plus une partie intégrante du portefeuille de l’entreprise. Avec CleanAirTower, la société développe en 2013 un système de ventilation par refoulement, qui est réglable individuellement. L’importance des systèmes de ventilation de locaux s’accroît aussi dans le contexte du renforcement du contrôle et de l’examen de la totalité de l’air de la pièce au-delà du poste de travail individuel.

2013 - Zéro points de contact, même lors de la mise au rebut

KEMPER réfléchit davantage sur la chaîne des substances dangereuses. L’entreprise souhaite réaliser davantage que simplement proposer un éventail élargi de solutions d’aspiration et de filtrage.
A partir de 2013, le fabricant crée une solution qui évite le contact avec les substances dangereuses lors de leur mise au rebut. Cette évolution est dénommée dépoussiérage sans contamination et collecte de poussière et est appliqué dans différentes solutions. Ainsi, KEMPER comble une lacune dans la technologie d’aspiration.

2016 - Installations en réseau : L’ère de la protection au travail 4.0 commence

L’industrie 4.0 atteint la protection au travail. Avec KEMPER Connect, la société développe un concept dans lequel des installations d’aspiration et des systèmes de ventilation de locaux peuvent être automatiquement mis en réseau et communiquent entre eux. La base pour cela est le système de contrôle de l’air AirWatch, introduit également en 2016. Il mesure en permanence le niveau de pollution de petites particules de poussière dans l'air, il le compare avec les limites fixées et allume ou éteint automatiquement les installations d’aspiration et les systèmes de ventilation des locaux en fonction des besoins, en veillant à ce que les limites fixées soient respectées. KEMPER a spécialement mis au point un réseau sans fil autonome pour la communication entre les installations.

2017 - 40 ans d’aspiration de fumées de soudage - 40 ans de KEMPER

L’aspiration de fumées de soudage a un nom au-delà des frontières de l’Allemagne : KEMPER. Actuellement, l’entreprise est considérée comme pionnière dans la technique d’aspiration de dépollution de l’air.

40 ans après sa fondation, le fabricant emploie environ 300 salariés dans le monde. Plus de 100 000 entreprises dans environ 50 pays sur tous les continents misent sur la technologie de dépollution de l’air de KEMPER. « Il y a 40 ans, nous étions heureux quqnd les soudeurs comprenaient seulement le risque que les fumées toxiques comportent pour la santé. À ce moment-là, personne n’aurait pensé que nous puissions aujourd’hui déterminer la taille des petites particules de poussière », explique le fondateur, Gerd Kemper. L’entreprise voit l’avenir, en tenant compte de l’ensemble de l’air confiné dans la pièce, au delà des postes de soudage individuels et aussi dans d’autres secteurs industriels en dehors de l’usinage des métaux. « Un environnement de travail propre avec un air intérieur pur sera l’argument décisif pour une décision favorable d’un employeur, au vue de la problématique de la poussière fine » explique le gérant Björn Kemper. « Et d’autre part, les ateliers et entreprises bénéficient d’une productivité plus élevée. »

La mission de KEMPER continue...